Bistro Bar Blog

mardi 27 septembre 2016

Elisabeth Kübler-Ross et l'approche de la mort (vidéo)

Elisabeth de Caligny  nous raconte sur NuréaTV la vie et les expériences incroyables de cette femme médecin hors du commun et son travail sur l'approche de la mort.

Passionnante vidéo de 2h18.






dimanche 25 septembre 2016

La troublante beauté des Vénus anatomiques

Une autre découverte pour moi, ces ambigües Vénus Anatomiques, créées vers la fin du 18ème siècle en Italie.



Cet article est adapté du livre de Joanna Ebenstein, La Vénus Anatomique.








Le bref et mystique règne du 
cadavre de cire


Les premiers modèles médicaux d'anatomie humaine dissimulaient l'évocation de la mort derrière la beauté féminine.


Par Joanna Ebenstein

Traduit par Hélios




Vers la fin du 18ème siècle, dans un atelier de travail de la cire de Florence, naquit une déesse en cire colorée, grandeur nature, anatomiquement correcte et dissécable. L'artiste, Clemente Susini, sut capter la beauté féminine idéalisée qui faisait depuis longtemps la renommée des artistes italiens, en lui donnant une nouvelle et ambitieuse direction et une apparence hyper-réaliste. Le résultat – la Vénus Anatomique – est un objet parfait dont l'existence délicieusement bizarre défie les croyances. Il – ou plutôt – elle – fut conçue comme un moyen d'enseigner l'anatomie humaine sans la nécessité de constantes dissections qui s'avéraient compliquées (et salissantes), discutables sur le plan éthique et tributaires de rares cadavres. La Vénus Anatomique communiquait aussi tacitement un lien entre le corps humain et un cosmos divinement créé, entre l'art et la science et entre la nature et l'humanité, ainsi qu'on concevait alors les choses.


Une Belle au Bois Dormant : Cette Vénus Anatomique, fabriquée à La Specola entre 1784 et 1788, est montrée dans son écrin d'origine en bois de rose et verre vénitien au Josephinium de Vienne, Autriche.


vendredi 23 septembre 2016

Photos de septembre

D'abord, un peu d'humour. Quelques anarchistes qui transgressent la loi...


"Interdiction de grimper sur les rochers"
"Chiens non autorisés"

Le chien masque le mot "No"

mercredi 21 septembre 2016

Champ éthérique et alimentation

Ce que nous mangeons ou buvons augmente ou diminue notre force vitale. Même les aliments dits "bio" peuvent être sujets à caution de nos jours. Alors il est intéressant de pouvoir tester ce que nous consommons. Il existe différentes manières de faire, et c'est celle qu'utilise Soren Dreier que je vous propose ici.



Aliments et "champ éthérique" : petit rappel




Par Soren Dreier

Traduit par Hélios


J'étais l'autre jour chez le marchand de légumes et je suis allé voir les tomates. Ils en vendent de trois variétés :

La première variété montre des tomates se ressemblant plus ou moins toutes. Elles ont la même apparence, la même taille et la même couleur. Elles sont cultivées industriellement, ce sont des clones, des répliques. La seconde variété, ce sont des olivettes. Également toutes plus ou moins identiques. Pas de différence de couleur ou de forme ou de taille. Pour la troisième catégorie, appelées 'tomates beefsteak', elles étaient toutes très différentes. Taille différente, couleur différente, chacune d'un poids différent.



J'allais en choisir quelques-unes quand je me suis dit que j'allais vérifier leur "champ" éthérique ou pranique – leur force vitale. Les variétés numéro un et deux étaient entourées d'un faible champ grisâtre ; les tomates beefsteak émettaient des vibrations et leur champ se terminait par une traînée aérienne orangée. Leur champ était argenté et il palpitait.

Le choix ne fut donc pas trop difficile.

Puis j'ai prêté attention aux autres fruits et légumes. Ceux présentant des "défauts" avaient le champ vital le plus puissant. Que ce soit les cerises ou les pommes de terre.

Toute manifestation possède un champ éthérique. Même une porte en métal.

Les gens en ont un, certains l'appellent aura, mais ce n'est pas là que je veux en venir, car pour ce qui est des gens, ils possèdent de multiples champs.

Je vais vous donner une technique pour repérer ces champs quand vous ferez vos courses afin de pouvoir éviter les aliments morts sur le plan énergétique. Certains la connaissent peut-être, d'autres non.

dimanche 18 septembre 2016

La beauté des loups

Je suis "tombée par hasard" sur une série de photos de loups prises aux USA dans les montagnes de l'Idaho par deux photographes, Jamie et Jim Dutcher et je les ai trouvées fort belles. En voici 15, j'ai dû faire un choix.

La série de photos mensuelle sera publiée comme d'habitude.

(La photo en bannière du blog pour cette semaine est extraite du même site)



vendredi 16 septembre 2016

Les origines secrètes de la Première Guerre Mondiale (2/2)

Deuxième partie de l'article de Gerry Docherty et Jim Macgregor.

(...)


L'arme de propagande de l'Élite Secrète : la presse



Le contrôle de la politique n'a jamais été un problème, pas plus que celui de la presse. Lord Northcliffe, le baron de la presse le plus puissant, fut d'une contribution très valable pour l'Élite Secrète en encourageant les calomnies envers l'Allemagne et en préparant la nation à une éventuelle guerre. Propriétaire du Times et du Daily Mail [deux journaux existant toujours aujourd'hui], il lui fut possible de créer l'impression que l'Allemagne était l'ennemie à abattre. Article après article, le message du danger allemand pour l'empire britannique, pour les produits britanniques, pour la sécurité nationale britannique, allait être répété encore et encore. Tous les journaux ne suivirent pas, mais la presse de l'aile droite fut particulièrement virulente. Une grande et influente section de la presse britannique travailla pour cet agenda enragé conçu pour empoisonner les esprits de la nation. Il faisait partie d'une directive de propagande soutenant à fond la première guerre mondiale et ce pendant toute sa durée. Si le Times était leur base intellectuelle, les quotidiens populaires répandirent comme parole d'évangile une haine anti-germanique parmi les classes laborieuses. Entre 1905 et 1914, des récits d'espionnage et des articles anti-allemands frisèrent la démence dans une tentative scandaleuse de générer peur et ressentiment.




L'exploitation des colonies pour la chair à canon



Sir Alfred Milner se mit à l'écrasante tâche de préparer l'empire à la guerre. La Grande-Bretagne possédait une petite force expéditionnaire hautement entraînée, mais l'empire restait une vaste source inexploitée avec plus de six millions d'hommes en âge de faire la guerre. Milner savait que lorsque la guerre arriverait, il devait être certain que l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada se tiennent aux côtés de la Grande-Bretagne. Une conférence coloniale fut organisée à Londres en 1907 pour rassembler l'empire autour de l'Union Jack [le drapeau du Royaume-Uni]. Le premier ministre australien, Alfred Deakin, fut la première cible de Milner. Ils partagèrent une tribune au Queen's Hall pendant laquelle Milner loua Deakin et l'engagement de l'Australie pour l'empire et il insista sur les liens raciaux et la loyauté qui liaient les deux nations. Ils adoptèrent un plan pour définir un territoire militaire aligné avec l'armée britannique réorganisée afin que l'Australie puisse être intégrée "en cas d'urgence". Ce qui conduisit à la réorganisation complète des forces australiennes et néo-zélandaises.

mercredi 14 septembre 2016

Les origines secrètes de la Première Guerre Mondiale (1/2)

Voilà cent ans, l'Europe était le théâtre d'heures très sombres.

Voici un article (publié en deux parties) traduit de l'anglais, qui présente un livre publié en 2013 par deux auteurs britanniques, Hidden History: The Secret Origins of the First World War (Histoire cachée : Les origines secrètes de la Première Guerre Mondiale).

Le livre dénonce les mensonges qu'on lit dans les livres d'histoire sur les réels auteurs de la "Grande Guerre", cette horrible boucherie qui a tué des millions d'hommes.

J'émaille le texte de quelques photos d'époque, trouvées sur le site "Vintage everyday".


Les origines secrètes de la Première Guerre Mondiale


Par Gerry Docherty et Jim Macgregor



Traduit par Hélios

L'histoire de la Première Guerre Mondiale est un mensonge délibérément monté de toutes pièces. Nous ne parlons pas ici du sacrifice, de l'héroïsme, de l'horrible gâchis de vies humaines ou de la misère qui s'ensuivit. Non, tout cela a réellement existé, mais la vérité sur la manière dont tout a commencé et comment la guerre a été sans nécessité et délibérément prolongée au-delà de 1915 s'avère une dissimulation parfaitement réussie depuis un siècle. Un récit soigneusement falsifié a été créé pour cacher le fait que c'est la Grande-Bretagne et non l'Allemagne, qui fut la responsable de la guerre. Si la vérité avait fait surface après 1918, les conséquences pour l'Establishment britannique auraient été cataclysmiques.


Les vainqueurs se sont partagés les dépouilles et leurs verdicts ont alimenté les récits officiels. À Versailles en 1919, la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis ont prétendu que l'Allemagne avait planifié la guerre, l'avait déclenchée délibérément et qu'elle avait rejeté toutes les propositions des Alliés en vue d'une conciliation et d'une médiation. Des millions de documents furent détruits, cachés ou falsifiés pour justifier ce verdict. L'Allemagne a protesté à juste raison qu'elle s'était engagée dans la guerre à cause de l'agression russe. Les délégués allemands à Versailles, sous la menace d'une occupation, d'un démembrement et d'une famine, n'eurent aucun autre choix que d'accepter la responsabilité et d'énormes réparations. Comme l'a écrit The Economist, le Traité de Versailles, avec la rudesse de ses clauses, fut le crime final qui allait assurer une deuxième guerre.

lundi 12 septembre 2016

Le café est-il vraiment bon pour la santé ?

On lit tout et son contraire à propos du café. Voici ce qu'en dit Michel Dogna dans le magazine "Alternative Santé".



Beaucoup doivent se souvenir de ce célèbre naturopathe qu’a été André Passebecq. Voilà ce qu’il disait concernant le café : « Le café est un chélateur, du grec "chelos" : pinces. Il retient dans ses "pinces" tous les nutriments nécessaires à notre bonne santé, et les empêche de traverser la barrière intestinale. »

Prendre des produits de santé en même temps que du café est donc du gaspillage pur et simple !

Une amie naturopathe m’a raconté : « Ma fille, ayant commencé un super traitement que je lui avais prescrit, s’est rapidement plainte de n’avoir aucun résultat. Sachant qu'elle prenait du café plusieurs fois par jour, je lui ai demandé d'arrêter le café. Trois jours après, elle m'a recontactée, enthousiasmée par le résultat fulgurant. »

Concernant la prise de médicaments pharmaco-chimiques, le problème est le
même, mais à considérer sous deux angles possibles :

   - si le médicament est bon, le café en réduit les effets ou les annule    (selon le nombre de cafés quotidiens consommés);

   - si le médicament est mauvais, voire carrément dangereux, le café vous    protège et peut-être vous sauve…

Pour André Passebecq, « la meilleure façon de prendre du café, c'est en lavement, bouilli pendant plusieurs minutes ». Tiens, tiens, mais cela rappelle les lavements au café dans la cure anti-cancer du docteur Gerson que je préconise depuis près de dix ans, et dont on retrouve le modus operandi dans mon e-book gratuit où j'ai rassemblé tous les traitements naturels que je connais :
« CANCERS - guérir hors protocoles »


Beaucoup d'énormes mensonges et quelques vérités


En ce moment, on parle beaucoup du café sur internet, notamment sur les réseaux sociaux. On peut lire quelques vérités basiques... qui permettent de glisser d’énormes mensonges.

Dans la rubrique des inconvénients possibles, on trouve : irritabilité, palpitations, insomnies, dépendance. C’est vrai. Il aurait pu être ajouté que, mélangé à du lait ou, pire, à de la crème fraîche, le café devient un poison violent pour le foie et la circulation cérébrale.

Gamins, le petit-déjeuner standard avec le café au lait de nos parents nous a souvent rendus bien patraques, jusqu’à ce que se produise « l’état de tolérance » où l’organisme démissionne, et c’est la porte ouverte à un train de misères au long cours avec lesquelles beaucoup n’ont jamais fait et ne feront jamais la relation.

Côté allégations, là, c'est souvent n'importe quoi. Le contrôle des fraudes - si vigilant quand il s'agit de sévir à l’encontre des produits de santé naturelle - ferait bien d’y mettre bon ordre, surtout quand on prétend que la consommation de café induirait « une baisse de risque de cancer, de calculs biliaires, de cirrhose et de diabète ».

Concernant les avantages réels, on ne peut nier : la stimulation intellectuelle, la stimulation digestive (quoique pour certains ce soit le contraire), la stimulation de la vésicule biliaire et du transit intestinal, et même de la motricité des « supermatozoïdes » (à vérifier au microscope après extraction).

En fait, c’est tout l’organisme qui est stimulé, mais par quel processus ?

Partons du principe que j’ai un coup de pompe… Alors, je bois un café. Que se passe-t-il ?

   1. Le café étant identifié comme un poison par l’organisme, les  surrénales sonnent l’alerte rouge et mettent en suractivité toutes les fonctions pour éliminer le produit au plus vite… et tout de suite, la forme revient… Ouf !

   2. Mais le problème est que je fonctionne à crédit sur des réserves qu’il faudrait rapidement renflouer.

   3. Quand le café est éliminé par les voies urinaires, mes surrénales se
   remettent au repos.

   4. Et là, comme je n’ai pas de quoi refaire le niveau des énergies empruntées, je suis encore plus crevé qu’au départ.

Alors, que faire ? Ben reprendre un café, pardi !!!

C’est le SNICC (Syndicat national de l'industrie et du commerce du café) qui, une fois de plus, ne va pas être content à la lecture de cet article. Si vous imaginez le nombre de cafés qui se consomment chaque jour, cela donne une idée du chiffre d’affaires colossal que cela peut générer. Alors « business is business », et  pas de quartier pour les trublions !

En fait, je fais remarquer que je dis beaucoup de bien du café……… dans la
mesure où il est pris par le bon côté.

Café bouillu, café… santé !

On ne sait pas pourquoi le café bouilli en lavements estompe toute douleur en moins de quinze minutes, même lorsque la morphine ne marche plus. Cette
découverte remonte à la guerre de 14-18 dans les tranchées et fut appliquée par des infirmières aux soldats gravement blessés ou amputés afin de calmer leurs douleurs insoutenables.

Le Dr Max Gerson utilisait les lavements au café pour réaliser la détoxification du corps. Il précisait que 98% des personnes atteintes de cancer des organes internes, comme aussi d’autres graves maladies du métabolisme, ne meurent pas de la maladie elle-même, mais plutôt des surcharges énormes du foie, ne pouvant plus éliminer les toxines et les éléments de décomposition des tumeurs.

Les lavements au café ont donc trois utilités indispensables :

   - Éliminer la débâcle toxinique par les voies biliaires.
   - Calmer les douleurs.
   - Soutenir et régénérer le foie.

De plus, l’élimination des radicaux libres est multipliée par 7 ; aucun autre produit ou médicament ne peut sur ce point rivaliser avec le café, même pas la coenzyme Q10.

Maître Omram Aïvanov, de son côté, disait qu'avant de boire du café, il faut le faire bouillir trois fois. Cela rappelle le café turc… Bien sûr, ce n’est plus le même goût, et c’est pour cela que dans le Nord (59), j’ai toujours entendu dire
« Café bouillu, café foutu ». Oui, mais meilleur pour la santé !

jeudi 8 septembre 2016

Extraits du livre du Dr Ceulemans (surrénales et cancer)

Comme je l'ai annoncé dans le précédent article "Les fabuleuses trouvailles du Dr Ceulemans", voici transcrits à partir du n° 59 (septembre) de la revue Néosanté, des extraits du livre "Le cancer, pour qui, pourquoi, comment" publié en 1987 par le Dr Ceulemans.

C'est en quelque sorte un "scoop", car les travaux de ce médecin ont été ignorés par la médecine officielle et le livre n'a pas été vulgarisé.



Chirurgien belge spécialisé dans les opérations du cancer du côlon, le Dr Georges Ceulemans s’est distingué professionnellement par l’invention d’une technique consistant à préserver la continence fécale des patients opérés. Par contre, son livre "Le Cancer : pour qui, pourquoi, comment" est passé complètement inaperçu à sa sortie en 1987. Cet ouvrage est pourtant révolutionnaire car il rejoint les travaux du Dr Hamer sur l’origine psycho-émotionnelle du cancer, en insistant sur le rôle fondamental des glandes surrénales. Lecteur de ce livre à l’époque, ainsi que familier de l’œuvre hamérienne, l’ostéopathe belge Serge Benedini a accepté de relire le Dr Ceulemans et d’en résumer les principales découvertes relatives aux maladies cancéreuses, à leur genèse et aux moyens de les prévenir.


Le Dr Georges Ceulemans, le cancer et les glandes surrénales



Sachant l’importance que j’attache au mécanisme psychosomatique dans la carcinogenèse (...) et en conclusion des résumés d’ expérimentations scientifiques, j’affirme que la naissance d’un cancer n’est pas possible en présence de surrénales de volume normal. Les excitations inhérentes à la vie quotidienne entretiennent le volume normal des glandes surrénales. Des excitations surajoutées, telles le froid, le sport (natation, jogging, etc...) augmentent le volume des surrénales au-delà de la normale et la capacité de résistance aux vives agressions ».


Comment ne pas évoquer les travaux et la carrière de l’auteur de ces propos, à savoir le Docteur GEORGES CEULEMANS, à la lecture des articles publiés par Monsieur Yves Rasir quant au faible pourcentage de cancer chez les sportifs et au chômage qui nuit gravement à la santé. Deux articles publiés presque simultanément (loi de synchronicité ?) et qui renforcent encore la pertinence de ces fortes affirmations. C’est l’occasion, pour moi, de vous faire connaître ce grand médecin, un vrai, qui aimait les gens, et a eu le génie de découvrir – seul – au travers de son travail de chirurgien et de sa capacité exceptionnelle d’observation, et de fin psychologue l’origine psychologique du cancer. Et il a eu le courage de publier un livre à ce propos, en 1987. Bien sûr, il n’a pas la précision géniale du Dr HAMER, mais ses travaux peuvent encore aider les médecins et profiter à l’humanité.

mardi 6 septembre 2016

Vidéos de septembre

Une vidéo étonnante : un pigeon vole parmi les voitures sur une autoroute des Pays-Bas. Le conducteur qui l'a filmé avec son téléphone portable précise que le pigeon a volé ainsi sur 10 kilomètres à une vitesse d'environ 100 km/h, avant de s'éloigner dans la campagne.



Comment peler une orange, vite fait, bien fait :